La Ronde

de Arthur Schnitzler mise en scène Jean-Paul Tribout

Dix personnages,dix tableaux A chaque tableau un couple se livre à un jeu de séduction qui se conclu par un rapport charnel, puis se sépare.

Qu’est ce que cette attirance des corps qui les entraine tous ? Cette attirance  qui, modulée par les règles du jeu social, selon qu’on est aristocrate ou prolétaire, homme ou femme, libre ou pas, mène le monde ?

Nous parcourrons avec joyeuseté la galerie de personnages de Schnitzler, attestant  que, traversant toutes les couches de la société et tous les âges de la vie, si les codes changent, la quête du plaisir est identique et sa réalisation voluptueuse.

Nous savourerons la phrase ambigüe qui ouvre “Le regard froid” de Roger Vaillant : “L’amour est aussi un plaisir

Nous serons à  Vienne au tournant du 20ème siècle ce lieu d’exception qui vit se croiser Zweig, Klimt, Schiele, Freud, Kokoska, Rilke, Strauss, Malher , Musil , Altenberg et tant d’autres.

C’est la fin de l’empire austro-hongrois, le première guerre mondiale se profile à l’horizon on danse sur un volcan, c’est “l’apocalypse joyeuse”.

Théâtre 14 rdv 17 h gare routière,

×